EXPOSITIONS

15
Déc.

2019

26
Avril

2020

 

VELICKOVIC
FONDS HÉLÈNE ET EDOUARD LECLERC, LANDERNEAU [+]

 

« Grand retour à la peinture au FHEL cet hiver avec une exposition hommage à l’un des plus importants artistes tragiques de notre temps : Velickovic. Son œuvre forte, intense, violente parfois, toujours d’une radicale actualité, touche, elle bouscule. C’est une conception résolument nouvelle qui en est proposée à Landerneau, un moment d’art qui fait histoire. »

Michel-Edouard Leclerc

 

Depuis ses expositions à Moscou en 2004, Montréal en 2005 et Toulouse (Les Abattoirs) en 2011, aucune rétrospective importante n’avait été consacrée à Vladimir Velickovic, peintre, dessinateur, graveur et sculpteur de réputation internationale.

Jean-Luc Chalumeau, commissaire de l’exposition, réunit pour « Le Grand Style et le Tragique » un ensemble d’une centaine d’œuvres. Velickovic est à l’évidence un artiste du paroxysme, un artiste de ce que l’on appelle le Grand Style, au sens où l’entendait Friedrich Nietzsche : « le Grand Style consiste à mépriser la beauté petite et brève ». Son œuvre se déploie dans l’exposition autour de grands thèmes, l’intégration du temps, l’harmonie et le rythme.Tous conduisent, au centre du parcours, au moment consacré à la relation essentielle du peintre avec Grünewald qui porta jusqu’à l’intolérable la représentation de la Passion. Encadrant ces quatre séquences, la première, consacrée aux œuvres de jeunesse, et la sixième, avec les œuvres récentes, feront apparaître une constante bouleversante sur plus d’un demi-siècle : l’absence de la nature.

L’artiste avait compris (comme Pascal, Lucrèce ou les sophistes) que tout se passe comme si, au fond d’elle-même, l’espèce humaine avait perdu le sens de la nature. Or cette dissolution conduit nécessairement à une pensée d’épouvante, ce qu’exprimait inlassablement Velickovic. Il le faisait avec une telle énergie vitale, que sa manière d’évoquer le mystère de la condition humaine devient affirmation symétrique de la beauté de la vie. Une beauté évidemment « ni petite ni brève ».

 

Commissariat Jean-Luc Chalumeau

15
Nov.

2019

08
mars.

2020

 

odon, symphonie des couleurs

Musée des Beaux Arts La Cohue, Le Mans

 [+]

 

Du 16 novembre au 8 mars 2020, exposition ouverte au musée des Beaux-Arts, La Cohue, place Saint-Pierre, Vannes. Tél. 02 97 01 63 00.

 

Le musée des beaux-arts, la Cohue, accueille, le temps d'une exposition, les oeuvres colorées et rayonnantes d'odon. Ce grand artiste, né le 1er novembre 1940 au Mans et décédé le 6 avril 2017, a dédié sa vie à l'art et ce, dès l'adolescence.

 

Pour preuve, odon est reçu à l'école des beaux-arts d'Angers à 16 ans. Il poursuit son cursus au Mans puis à Tour et obtient, en 1959, le Diplôme national supérieur de gravure, avec mention, aux Beaux-Arts de Paris. Devenu professeur d'arts plastiques, en 1961, il installe son atelier au Mans. Un endroit dont il dira : « Mon atelier est mon univers, tout l’univers est dans mon atelier ».

 

Ses premières oeuvres, sombres, laissent progressivement place au tressage. En 1985, sa vie bascule soudainement : il est frappé d’un accident cardio-vasculaire. Son oeuvre évolue alors vers une sérénité affirmée, reflet de sa grande spiritualité. Sa vie est également riche de rencontres, notamment celles d'artistes tels qu'Alechinski, Manessier, Dali, Arman, Morelet, Soulages… ainsi que de voyages en Inde, aux États-Unis, en Nouvelle Calédonie, en Europe et au Canada où il fut accueilli, pour la petite histoire, par l'artiste Carole Simard-Laflamme, exposée au musée de la Cohue en 2018.