actualités

Paru aux Editions
Gourcuff Gradenigo

ALLEGORIA,

PHILIPPE PASQUA
31 mai > 30 décembre 2018

 

 

 

 

Philippe Pasqua > 31 mai – 30 décembre 2018

 

YU-ICHI INOUE

井上有一 1916-1985-書の解放-

 

Exposition - Du 14 juillet au 15 septembre 2018

 

 

 

Le calligraphe Yu-ichi Inoue est l’un des représentants les plus créatifs de l’avant-garde artistique du Japon de l’après-guerre. Transcendant les conventions et les règles traditionnelles, il érigea la calligraphie au rang d’art contemporain. Cette première rétrospective en France réunit 76 œuvres caractéristiques des différentes périodes de sa carrière. Immersion dans un univers monochrome aux formes étonnamment riches et multiples.

 [+]

L’ALGÉRIE DE GUSTAVE GUILLAUMET

 

> 17 septembre 2018

 

 

 

Dans le cadre de la première rétrospective de cet artiste orientaliste, vous découvrirez La Famine, un tableau d’actualité peint en 1869 lors d’épidémies et d’événements tragiques qui touchent alors la population algérienne.

Après plus d’un an d’efforts, ce très grand tableau a enfin été localisé dans les réserves du musée Cirta de Constantine, en très mauvais état certes mais pas irréparable.

 

Eduardo Chillida

la gravedad insistente

Du 6 avril au 26 août 2018

 

les Abattoirs

 

 

Avec le soutien exceptionnel de la Fundación Eduardo Chillida-Pilar Belzunce, les Abattoirs poursuivent leur exploration et redécouverte des grandes figures de l’art moderne et contemporain en proposant une exposition dédiée à l’artiste Eduardo Chillida (1924-2002) rassemblant plus de 60 œuvres de tout support.

Dès les années 1950, l’artiste espagnol Eduardo Chillida (1924-2002) participe au renouvellement de la sculpture. Il refuse les contraintes de la matière et décide de créer ses sculptures directement au feu, dans la forge et de refuser la duplication traditionnelle de la sculpture en bronze.

 

Le corpus d’œuvres présenté aux Abattoirs, allant de 1952 à 2002, s’appuie sur les collections de la Fundación Eduardo Chillida-Pilar Belzunce, issues du fonds d’atelier de l’artiste, ainsi que sur des prêts de collections publiques et privées.…

Festival International des Jardins

Domaine de Chaumont-dur-Loire

24.04. 18 >  04.11.18

[+]

Une fois encore, le Festival International des Jardins de Chaumont-sur-Loire saura vous surprendre avec des expériences inédites, au service de l’expression de la pensée, thème de cette 27ème édition du concours, dont le jury était présidé par l’écrivain Jean Echenoz.

 

Qu’ils se réfèrent à des univers d’auteurs célèbres, tels Jean-Jacques Rousseau, Octave Mirbeau, Marcel Proust ou George Luis Borges, à des légendes amérindiennes, au conte soufi de la Conférence des oiseaux ou qu’ils évoquent, physiquement, les cheminements de nos  pensées, ces jardins ont été conçus par des équipes très inventives et très variées.

La diversité de leurs métiers est, en effet, à souligner : ces jardins ont été imaginés, cette année, par des paysagistes, des jardiniers, des architectes, des urbanistes, mais aussi par des scénographes, des metteurs en scène, des graphistes et même un anthropologue, un géographe, un ébéniste, une plumassière, tous très talentueux et très inspirés. Leurs provenances multiples est aussi le gage d’une grande fertilité des idées : ils sont originaires de Russie, des États-Unis, d’Allemagne, d’Italie, du Japon, de Corée du Sud, du Canada et de France, bien entendu.

 

Cette édition vous fera découvrir, entre autres singulières architectures vertes, de véritables “bulles” de pensée, un jardin de méditation japonais bleu Klein, radicalement contemporain, une spectaculaire anamorphose rouge, un sculptural livre de sable, une architecture en spirale inédite, un cloître contemporain orné de sublimes “fleurs de plume”, de délicats kokedamas figurant vos neurones… bref, une époustouflante combinaison d’idées, d’inventions et de poésie végétale.

 

Parallèlement à ces jardins issus du concours, de prestigieux invités seront également présents, cette année, à Chaumont-sur-Loire, tels le grand paysagiste artiste Bernard Lassus, le célèbre sculpteur de verre américain Dale Chilhuly, ou la remarquable équipe de l’OULIPO (Ouvroir de littérature potentielle), qui a conçu un stimulant Jardin des voyelles.

 

Du côté de l’exigence botanique, les “fous de jardin” que sont Pascal Garbe et Didier Willery célèbreront la pensée (Viola) dans tous ses états. Quant aux “libres penseurs” de Plantes et Cultures, ils nous entraîneront dans leur luxuriante bibliothèque végétale et vous feront partager leur “prétention de changer le monde avec leurs fleurs”.

 

Comme il se doit, avec les “jardins de la pensée”, l’édition 2018 du Festival s’annonce donc comme une année haute en couleurs et en idées.

 

Chantal Colleu-Dumond

Directrice du Domaine et du Festival International des Jardins

peintures des lointains

Musée du Quai Branly
Jacques Chirac

30.01.18 > 06.01.19

[+]

Lumière sur la collection de peintures conservée au musée du quai Branly - Jacques Chirac. Près de deux cents œuvres inédites révèlent l’évolution, à travers les siècles, du regard porté en Occident sur les peuples, sociétés et territoires plus ou moins lointains.

 

Pour cette première exposition consacrée à la collection de peintures conservée quai Branly, Peintures des lointains rassemble près de deux cent toiles et œuvres graphiques – parmi les cinq cents du fonds – datant de la fin du XVIIIe siècle jusqu’au milieu du XXe siècle.

 

Une collection composite et largement méconnue, où l’odalisque d’Ange Tissier côtoie les portraits d’Amérindiens de George Catlin, les scènes de vie quotidienne cairote d’Émile Bernard voisinent les estampes et dessins de Tahiti signés Matisse ou Gauguin.

 

À travers cette collection, c’est aussi l’histoire d’une rencontre avec l’Autre et l’Ailleurs qui est contée, l’évolution du regard artistique face à l’inconnu qui est questionnée. Dans une Europe en pleine expansion coloniale, face au choc d’un monde qui lui ouvre ses portes, l’art occidental emprunte différentes voies. Cédant d’abord à la tentation de l’exotisme – où l’exaltation de la couleur et de la lumière sert les rêves d’un Orient de luxe et de volupté – il figurera par la suite un regard plus réaliste, ethnographique, attentif à l’autre.

 

Entre onirisme et naturalisme, fantasme et documentaire, romantisme et propagande coloniale, un miroir de l’histoire artistique et politique.

PARFUMS D'INTERDIT

L’audace sous le pinceau de Marguerite Gérard, Jean-Honoré Fragonard et leurs pairs

 

Commissariat : Carole Blumenfeld

Interdits, messages cachés, audace, dessous anciens… Cette année, le Musée Jean-Honoré Fragonard dévoile avec élégance la face cachée d’un certain art de vivre, délicat et charmant, des XVIII et XIXe siècles. À cette époque, Marguerite Gérard, Louis-Léopold Boilly, Michel Garnier, Louis-Rolland Trinquesse, Jean-Frédéric Schall et Henri-Nicolas Van Gorp consacrent tout un pan de leur travail à des images qui ne montrent jamais explicitement un échange charnel. Lorsque le public observe un jeune homme offrant une rose à une demoiselle au coeur d’un décor bucolique, sur une toile du XVIIIe siècle, il y voit un geste délicat, alors qu’à cette époque, à la veille de la Révolution, ces scènesd’apparence innocente dévoilent bien des codes cachés. Le Musée Jean-Honoré Fragonard nous entraîne de façon ludique, didactique et scientifique à décoder ces tableaux abritant plusieurs niveaux d’interprétation et les subtilités du non-dit.

 

Exposition Parfums d'Interdit

Du 26 mai au 23 Septembre 2018

Musée Jean-Honoré Fragonard

14 rue Jean Ossola, Grasse

Tel: 04 93 36 02 07

Ouvert tous les jours de 10h à 13h et de 14h à 18h (sauf les dimanches de novembre)

Entrée gratuite et libre

à paraitre

Marguerite Gérard

 

[+]

 parfums d'interdit

Musée Jean-Honoré Fragonard

26.05.18 > 23.07.18

[+]